chargement...

chargement...

chargement...

Fermer
Recevoir une proposition par email immédiatement

Vous souhaitez négocier le prix pour cet article, c’est simple ! Renseignez votre adresse mail, cliquez sur Valider. Vous recevrez immédiatement par mail cette proposition.

Fermer

chargement...

chargement...

Fermer
Livraison Premium

Ouverture exceptionnelles

Nous sommes à votre service au 01 49 29 10 50 --- Profitez de la livraison offerte* --- Réglez en 3 ou 4x sans frais

*à partir de 100€ d’achat.livraison en relais colis ou par transporteur selon le produit.

Accueil / Radio, raconte-nous ton histoire... - Cobra.fr

Radio, raconte-nous ton histoire... - Cobra.fr

Histoire de la radio

De toutes les formes d’écoute de la musique issues de l’ère contemporaine, la radio a le privilège d’être la plus ancienne à continuer de nous faire vibrer les oreilles jour après jour depuis plus de 100 ans. De sa naissance à aujourd’hui, la radio a subi de nombreuses avancées qui lui ont permi de rester un vecteur à part du 4ème art auprès des foyers issus de toutes les classes sociales.

 

Une succession d’inventions

 

Comme pour beaucoup d’invention, la transmission sans-fil par radiodiffusion est issue d’une succession d’avancées technologiques qui ont permis son aboutissement. Et puisqu'il faut bien commencer quelque part, retournons en 1841 avec l’invention du télégraphe par Samuel Morse. Celui-ci a ouvert la possibilité de transmettre des messages par les fils électriques à travers un système de communication simple et pratique : le Morse. Un langage de communication qui se démocratisa tout en évoluant dans les méthodes de diffusion pour continuer d’exister jusque pendant la seconde guerre mondiale où la radiotélégraphie était le seul moyen de communication entre la résistance française et les alliés en Angleterre.

Télégraphe de Morse en 1837
 

Heinrich Rudolf HertzMais avant d’en arriver à la diffusion sans-fil, il a fallu passer par de nombreuses étapes à commencer par la mise en évidence des ondes radio en 1886 par l’ingénieur allemand Heinrich Rudolf Hertz. Grâce à l’expérience de Hertz, il démontra l’existence d’ondes électromagnétiques non visibles capables de se déplacer à la vitesse de la lumière. Si on reste encore loin de la diffusion de musiques et de paroles, cette découverte majeure sera à l’origine des travaux qui ont suivi donnant naissance à la radiodiffusion et aux télécommunications.

 

Une technique à maitriser

 

Nikola Tesla

 

Nikola Tesla s’intéressera ainsi de très près aux ondes électromagnétiques en inventant en 1889, un générateur haute fréquence de 15 kHz et en développant très vite l’idée que l’on pourrait dans un avenir proche contrôler des véhicules sur de grandes distances à l’aide d’une télécommande. Un vrai précurseur de son temps.

 

 

 

Radioconducteur BranlyL’émetteur étant au point, il ne manquait plus que le récepteur pour capter et décrypter ces ondes électromagnétiques. C’est ici que le français - car il faut toujours un français dans une histoire - Edouard Branly intervient en 1890 en inventant le radioconducteur, le tout premier récepteur d’ondes hertziennes. Une invention qui fera de lui le père de la radio dont les travaux seront repris par la plupart des ingénieurs dont l’anglais Olivier Lodge qui en améliorera l’efficacité.

 

Cohéreur - Tube à limaille

L’invention du radiotélégraphe

 

On dispose ainsi d’un émetteur et d’un récepteur, les premiers radiotélégraphes peuvent commencer à voir le jour sous l’égide de Nikola Tesla (encore lui) avec sa fameuse bobine Tesla qui mettra au point l’amplification des transmetteurs, d’Alexandre Popov de Saint-Petersbourg qui découvre le principe de l’antenne améliorant la transmission des ondes sur de longues distances mais surtout de l’Italien Guglielmo Marconi qui reprendra toutes ces technologies pour les améliorés et les mettre en application. Si il n’en est pas l’inventeur, il sera le premier à expérimenter concrètement la transmission radio sur de grandes distances avec la première transmission hertzienne à travers la manche entre l’Angleterre et la France en 1899. Il transmettra un message télégraphique en l’honneur de Branly : « M. Marconi envoie à M.Branly ses respectueux compliments par le télégraphe sans-fil à travers la manche, ce beau résultat étant dû en partie aux remarquables travaux de M.Branly ». La TSF est née !

Guglielmo Marconi expérimente la TSF

Sauvons la Tour Eiffel !

 

En France les premières expériences furent effectuées par Eugène Ducretet en 1898 en collaboration avec Popov qui établira une liaison entre la Tour Eiffel et le Panthéon sur une distance de 4 km. Pour la petite histoire Le général Gustave Ferrié soutiendra dès le départ la TSF et militera pour sa propagation et l’installation d’une antenne permanente sur la Tour Eiffel. A l'époque le ministère de la Défense était réticent à cette idée car de nombreux intellectuels de l’époque jugeaient la Tour Eiffel hideuse et sa destruction était programmée pour 1909. C'est avec le concours de Gustave Eiffel qui finança le projet, que Ferrié pu installer une antenne sur la Tour Eiffel qui devint en 1904, la station officiel de radiotélégraphie militaire reliant Paris avec ses colonies puis le monde entier. L’intérêt stratégique de cette installation permi de sauver la Tour Eiffel de la destruction.

Station radio à la Tour Eiffel

La diffusion de la voix sans-fil

 

Mais l’histoire ne s’arrête pas là car la technique doit encore être maitrisée pour passer des signaux en morses à de vraies voix intelligibles. En 1900, le canadien Fesseden, ancien collaborateur de Thomas Edison, a développé la transmission par modulation d’amplitude (AM) de son et voix. Il améliore la technique pour transmettre le jour de Noël 1906 la première voix sans-fil par radiodiffusion. Le programme comprenait des versets de l’évangile ainsi que des cantiques religieux chantés par une voix féminine. C’est à cette date que ce situe la naissance de la radio dans le monde. La technique nécessite cependant d’être améliorée car la qualité d’émission et de réception reste très médiocre. L’américain Lee De Forest perfectionnera le procédé en inventant l’audion, une lampe triode permettant d’amplifier les faibles signaux perçus. Elle est l'ancêtre des premiers amplificateurs électroniques et remplacera les détecteurs à galène utilisés jusqu’ici.

Triode de 1906 

La technique étant maitrisée, il ne manque plus que le temps pour que le monde entier se l’approprie, chaque pays développant à son rythme sa propre industrie de construction de récepteurs émetteurs, ses stations TSF ainsi que des programmes capables d’attirer les auditeurs. En 1914, sous l’essor du roi Albert Ier, la Belgique sera la première à diffuser tous les samedis une émission radio régulière auprès du grand public. Les installations seront dynamitées la même année pour qu’elles ne tombent pas entre les mains des allemands et l'armée reprendra la radio à son compte comme arme de propagande et d’espionnage de l’ennemie mettant entre parenthèse l’utilisation grand public.

 

Les débuts de la radio auprès du grand public

 


Radio Philips Modelo 1931Il faudra attendre les années 1920 et 1930 pour voir les premières stations de radio grand public émergé à travers le monde avec notamment la naissance de Radio Tour Eiffel en 1921. Les récepteurs radio grands publics commencent également à voir le jour, les premiers postes se présentant comme des boîtes rectangulaires en bois plus ou moins précieux ornées de marqueterie diverses. De vraies oeuvres d'art ! A l’instar de la TV un peu plus tard, des émissions quotidiennes viennent rythmer la vie des ménages issus de toutes les classes sociales. Outre les concerts, les programmes se diversifient avec des feuilletons radiophoniques très suivis, en 1938 Orson Welles diffusera une émission intitulée « La Guerre des Mondes », du nom de son roman, tellement réaliste qu’elle causa un vent de panique aux Etats-Unis. La radio deviendra également une source d’information et malheureusement un outil de propagande pour politiciens et dictateurs en devenir qui se sont largement servis de cet instrument pour convaincre les foules avec en point d’orgue : la seconde guerre mondiale…

 

Orson Wells Radio

 

La guerre fera chavirer de nombreuses stations françaises tombées sous le joug de l’occupant, mais les émetteurs et récepteurs radios accompliront de grands progrès en devenant de plus en plus mobiles grâce la résolution des problèmes d’alimentation sur 12 V et 24 V pour qu’ils puissent équiper les chars et avions. Après la guerre ce sont des milliers de récepteurs et émetteurs surplus militaires qui tombent entre les mains du grand public propulsant l’avènement de l’âge d’or de la radio à partir des années 1950.

 

Naissance de la radio moderne

 

La radio se miniaturise, la forme horizontale légèrement allongée devient de plus en plus prisée par les designers qui rivalisent d’imagination pour offrir des produits plus ou moins haut de gamme à base de bois ou de plastique. Le fameux "Œil Magique" permettant de visualiser la qualité de réception des stations fait également son apparition sur la plupart des radios grands publics accompagné de son cadran de fréquence. D’autres postes intègrent des platines vinyles pour suivre l’explosion des disques microsillons au même moment, la musique est en pleine ébullition dans tous les foyers et la FM commence à se vulgariser pour offrir une meilleure réception et un son de plus grande qualité. L’arrivée des transistors en 1954 individualise l’utilisation de la radio que l’on peut désormais écouter sur la plage ou dans la rue et remplace peu à peu les tubes pour laisser la place aux circuits intégrés. La radio moderne vient de naitre.

Transistor radio Sanyo

L’ère du transistor et des radios pirates

 

Inventé en 1947 par les américains John Bardeen, William Shockley et Walter Brattain, tous chercheurs de la compagnie Bell, le transistor remplacera très rapidement le tube électronique. Plus petit, plus robuste, plus léger, moins gourmand en énergie, pouvant fonctionner sur pile et plus réactif, le transistor est une véritable révolution dans le monde de l’électronique. Le poste radio, va même porter le nom de transistor pendant toute une époque provoquant un raz de marée sur l’industrie de la radio. Plus facile à produire, le transistor devient un produit de grande consommation accessible à tous, marquant un nouveau tournant dans l’histoire de la radio.

Circuit imprimé transistor

Entre temps la radio devient stéréophonique dès les années 60 tandis qu'en parallèle la FM se libéralise ! De nombreuses stations pirates voient ainsi le jour en opposition aux radios d’état qui contrôlaient jusqu’alors la majorité de la bande. Ces radios émettaient bien souvent depuis les eaux internationales et proposaient des programmes plus proches des attentes des jeunes à base de rock survoltés sur fond de libéralisation des mœurs. Nous sommes à l’aube des seventies, le temps est à la détente et les sociétés sont en pleine mutation.

RFM Logo 1982

En France pour faire face à cette mouvance, le statut "radio libre" est créé en 1981 et RFM sera un précurseur du genre, la station émettant plus ou moins légalement du rock à qui veut bien l’entendre en Ile de France. Skyrock rejoindra un peu plus tard cette mouvance avant de se tourner dès 1996 vers les musiques urbaines rap et RNB que la station contribua grandement à populariser auprès des jeunes mettant au passage une gifle gantée aux plus hautes autorités de l’époque peu réceptives à cette musique.

 

La radio de nos jours

 

L’évolution de la radio se poursuit dans les années 80 et 90 avec la mémorisation des stations, l’affichage digital des stations, la RDS accompagnant la transmission de la radio numérique DAB ou par satellite pour en arriver aux podcasts et aux radios internet dans les années 2000. Aujourd'hui ce sont des milliers de radios web aux programmations diverses et variées disponibles qui accompagnent désormais le paysage radiophonique en plus des radios pionnières qui utilisent encore et toujours les bandes AM et FM. Les postes radios ont suivi cette évolution, les vieux transistors laissant la place à de véritables postes "i-radio" arborant des designs ultra modernes ou vintage selon les marques et des fonctionnalités toujours plus poussées pour se mettre à la page des nouvelles méthodes de diffusion.

Radio Philips Philetta new age

Ce qui nous parait évident aujourd’hui, ne l’était pas il y a encore 100 ans et on ne peut qu’être époustouflé par ce medium qui s’est perfectionné au fil du temps tout en contribuant à influencer l’histoire de nos sociétés. Ce petit objet est un outil puissant capable d’éduquer et d’informer, de populariser des styles musicaux mais aussi de servir d'instrument de propagande auprès des masses. La prochaine fois que vous allumerez votre radio, fermer les yeux et imaginer la première fois ou un homme a entendu une voix audible en provenance de l’autre bout du monde, vous ressentirez peut-être le génie de tous ceux qui ont rendu ce prodige possible.